Bientôt une durée maximale d’1 an pour les certificats SSL ?

Certficats SSL TLS - HTTPS
Certficats SSL TLS - HTTPS

Que se passe-t-il ?

Les acteurs de l’industrie envisagent de réduire la durée de vie des certificats SSL/TLS, permettant l’affichage du HTTPS dans les navigateurs, à 13 mois, soit environ la moitié de la durée actuelle de 27 mois, afin d’améliorer la sécurité.

Google, via le CA/Browser Forum a en effet proposé cette modification, approuvée par Apple et une autorité de certification, la rendant éligible au vote. Si le vote est accepté lors des prochaines réunions du CA/B Forum, la modification des exigences entrera en vigueur en mars 2020. Tout certificat délivré après la date d’entrée en vigueur devra respecter les exigences de la période de validité abrégée.

L’objectif de cette réduction est de compliquer la tâche des cyber-attaquants en réduisant la durée d’utilisation des certificats potentiellement usurpés. Cela pourrait également obliger les entreprises à utiliser les algorithmes de chiffrement les plus récents et les plus sécurisés disponibles.

Si le vote échoue, il n’est pas à exclure que les navigateurs parrainant cette exigence l’implémentent de manière unilatérale dans leur programme racine, forçant ainsi la main aux autorités de certification. Il y a fort à parier que ce soit le chemin suivi, ce changement fait suite à l’initiative précédente de Google visant à réduire la durée de vie de trois à deux ans en 2018, époque à laquelle Google souhaitait déjà une durée réduite à 13 mois voire moins.

Qui est touché ?

Les modifications proposées par Google auraient une incidence sur tous les utilisateurs de certificats TLS de confiance publique, quelle que soit l’autorité de certification qui émet le certificat. Si le vote passe, tous les certificats de confiance émis ou réémis après mars 2020 auront une validité maximale de 13 mois. Les entreprises utilisant des certificats dont la période de validité est supérieure à 13 mois seront encouragées à revoir leurs systèmes et à évaluer l’incidence des modifications proposées sur leur déploiement et leur utilisation.

Les certificats TLS émis avant mars 2020 avec une période de validité supérieure à 13 mois resteront fonctionnels. Les certificats non-TLS public, pour la signature de code, le code privé TLS, les certificats clients, etc… ne sont pas concernés. Il ne sera pas nécessaire de révoquer un certificat existant à la suite de la mise en place de la nouvelle norme. La réduction devra être appliquée lors du renouvellement.

Qu’en pensent les acteurs du marché ?

Il s’agirait d’un changement global du secteur, qui aurait des répercussions sur toutes les autorités de certification. Celles-ci voient cette proposition d’un mauvais œil. On peut y voir avant tout un intérêt économique mais pas uniquement…

Leur argument principal est que le marché n’est pas encore prêt en termes de système d’automatisation des commandes et installations de certificats. De fait les interventions humaines seraient plus nombreuses, avec les risques associés à une mauvaise manipulation, ou tout simplement un risque plus élevé d’oubli de renouvellement d’un certificat.

Pour les autorités de certification, réduire à si court terme la durée des certificats présente surtout une augmentation significative des coûts humains liés à la gestion du portefeuille de certificats. Si elles ne sont pas fondamentalement contre cette décision, elles voudraient surtout des délais un peu plus long pour étudier notamment ce qu’en pensent les utilisateurs et les entreprises.

La position des fabricants de navigateurs ?  

Que ce soit Google ou Mozilla, fers de lance de l’adoption massive du HTTPS natif pour tous les sites web, et supporters de l’initiative Let’sEncrypt, l’important c’est le chiffrement de tout le trafic web. Une réduction de la durée des certificats réduit le risque d’usurpation des certificats sur une longue durée et favorise l’adoption massive de systèmes de gestion automatisés. Pour ces deux acteurs, un monde idéal contiendrait des certificats d’une durée maximale de 3 mois. S’ils sont à l’écoute du marché pour ne pas imposer trop rapidement leurs vues, il y a fort à parier qu’à long terme la durée de vie des certificats continuera à diminuer.

L’avis de Nameshield

Le marché poursuit son évolution vers des durées de certificats de plus en plus courtes, tout comme une diminution continuelle des niveaux d’authentification et en conséquence un besoin qui va aller croissant pour des solutions de gestion automatisées. Nous nous alignerons sur ces impératifs et conseillons à nos clients de se préparer à cette diminution qui arrivera, à n’en pas douter. Nos autorités de certification partenaires suivront également cette évolution et permettront d’offrir tous les systèmes d’inventaire permanent et d’automatisation requis.

Être entendu

Le forum CA/Browser accepte les commentaires de participants extérieurs et toutes les discussions sont publiques. Vous pouvez soumettre vos commentaires directement à la liste de diffusion du Forum : https://cabforum.org/working-groups/ (en bas de page). Nameshield est en contact avec des participants du CA/B forum et vous tiendra informés des décisions à venir.

Christophe Gérard

Auteur : Christophe Gérard

Security Product Manager @ Nameshield Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *