50 ans après l’Arpanet, l’ancêtre d’Internet

50 ans après l’Arpanet, l’ancêtre d’Internet
50 ans après l’Arpanet, l’ancêtre d’Internet
Source de l’image : geralt via Pixabay

Le 29 octobre 1969, l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) envoie à l’Institut de Recherche de Stanford, le tout premier message électronique par le réseau Arpanet (Advanced Research Projects Agency Network), posant ainsi les fondations du monde connecté d’aujourd’hui.

Arpanet, le précurseur d’Internet

Arpanet est le premier réseau à transfert de paquets de données développé par l’Agence des Projets de Recherche avancée (ARPA – Advanced Research Projects Agency), appartenant au département de la Défense des Etats-Unis.

Le premier nœud d’Arpanet a été installé à l’UCLA le 30 août 1969, le second à l’Institut de Recherche de Stanford le 1er octobre 1969. Le premier message a ainsi été envoyé entre ces deux institutions le 29 octobre 1969, par le professeur de sciences de l’UCLA, Leonard Kleinrock qui souhaitait envoyer le mot « login » mais à la suite d’un bug, seules les lettres « l » et « o » sont arrivées sans encombre jusqu’au destinataire, le mot entier ne sera transmis qu’une heure plus tard.

L’Arpanet connectait ainsi plusieurs universités et centres de recherches : tout d’abord, l’Université de Californie à Los Angeles et l’Institut de Recherche de Stanford, suivis de peu par l’Université de Californie à Santa Barbara et l’Université d’Utah. Fin 1969, Arpanet comptait alors 4 nœuds, en 1971, 23 nœuds furent créés et 111 nœuds en 1977.

En 1983, l’Arpanet a été divisé en deux réseaux distincts : l’un militaire, le MILnet (Military Network) et l’autre universitaire, le NSFnet.

Le 1er janvier 1983, le nom « Internet », déjà en usage pour désigner l’ensemble d’Arpanet, est devenu alors officiel.

Les 30 ans du World Wide Web

En 1989, Tim Berners-Lee, un chercheur britannique travaillant au CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) a proposé un système hypertexte fonctionnant sur Internet. À l’origine, ce système a été conçu pour que des scientifiques travaillant dans des universités et des instituts du monde entier puissent s’échanger des informations instantanément. Sa vision d’une connectivité universelle devient le World Wide Web, qui a fait exploser l’usage d’Internet.

En 1993, Mosaic le pionnier des navigateurs web, a été créé par Marc Andreessen et Eric J.Bina, deux étudiants du National Center for Supercomputing Applications (NCSA) de l’Université de l’Illinois. Il ne s’agissait pas du premier navigateur graphique mais Mosaic était particulièrement rapide et permettait aux utilisateurs d’afficher les images au sein des pages, ce qui lui a valu une certaine popularité et a contribué à l’accroissement de la popularité du World Wide Web.

Internet Protocol – De l’IPv4 à l’IPv6

Le protocole Internet (IP – Internet Protocol) est une famille de protocoles de communication de réseaux informatiques conçus pour être utilisés sur Internet. Les protocoles IP permettent un service d’adressage unique pour l’ensemble des terminaux connectés.

IPv4, la première version principale a été inventée dans les années 70 et introduit au public en 1981. Elle forme encore aujourd’hui, la base d’une grande partie des communications sur Internet. Il y a 20 ans, l’IETF (Internet Engineering Task Force) a prédit l’épuisement des adresses IPv4 et a commencé à travailler sur une nouvelle version du protocole Internet : IPv6.

IPv4 utilise le schéma d’adressage codé sur 32 bits pour supporter environ 4,3 milliards d’adresses possibles, tandis qu’IPv6 dispose d’un espace d’adressage bien plus important grâce à des adresses codées sur 128 bits, soit 3,4 ×  1038 adresses possibles.

DNS – Le Système des Noms de Domaine

A la demande de l’Agence des Projets de Recherche avancée du département de la Défense américaine, le DNS (Domain Name System – Système des noms de domaine) a été inventé en 1983 par Jon Postel et Paul Mockapetris, afin d’associer des adresses IP complexes à des noms humainement compréhensibles plus simples à retenir. Ainsi une adresse logique, le nom de domaine est associé à une adresse physique, l’adresse IP. Le nom de domaine et l’adresse IP sont uniques.

En 1998, est créé l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’autorité de régulation de l’Internet. Son rôle premier est d’allouer l’espace des adresses de protocole Internet, d’attribuer les identificateurs de protocole (IP), de gérer le système de noms de domaine de premier niveau pour les codes génériques (gTLD), d’attribuer les codes nationaux (ccTLD), et d’assurer les fonctions de gestion du système de serveurs racines.

Avec 351,8 millions d’enregistrements de noms de domaine au premier trimestre 2019, les dépôts de noms de domaine ne cessent d’augmenter, avec cependant en parallèle, une augmentation du nombre des menaces visant le DNS.

L’émergence des cybermenaces

Considérée comme l’une des premières cyberattaques et certainement la première à avoir attiré l’attention des médias de masse, l’attaque du ver Morris (Morris Worm) a été lancée par un étudiant de l’Université de Cornell, Robert Tappan Morris, en 1988. A l’origine, le logiciel malveillant développé par l’étudiant n’avait pas pour but de causer des dommages mais d’estimer tout simplement l’étendue d’Internet. Ce ver a pourtant touché environ 10% des 60 000 machines estimées connectées à Internet et les dommages causés étaient de l’ordre de 100 000 à 10 millions de dollars. Cet événement marque alors un tournant dans le domaine de la sécurité en ligne.

Aujourd’hui, les cyberattaques sont nombreuses, fréquentes et de plus en plus sophistiquées. L’évolution des techniques et l’apparition de nouvelles technologies les rendent toujours plus complexes et offrent de nouvelles opportunités aux attaquants.

Divers types de cyberattaque existent, tels que des attaques ciblant le DNS : DDoS, DNS cache poisoning, DNS spoofing, Man in the middle… (En 2019, selon l’IDC – International Data Corporation, 82% des entreprises mondiales ont fait face à une attaque DNS au cours de l’année écoulée) ou encore des attaques visant directement les utilisateurs et ayant pour objectif d’obtenir des informations confidentielles pour usurper une identité (phishing).

Ces attaques peuvent avoir des conséquences considérables pour les entreprises victimes. Par exemple, le coût d’une fuite de données est aujourd’hui en moyenne de 3,92 millions de dollars, selon IBM Security, ce coût a augmenté de 12% en 5 ans.

Un trafic IP estimé en 2022 plus important que celui généré de 1984 à 2016

Aujourd’hui, avec plus de 5 milliards de recherches faites sur Google chaque jour et l’e-commerce continuant son avancée, les réseaux sociaux connaissant un véritable succès et le nombre en constante augmentation des objets connectés, le volume du trafic sur Internet a fortement augmenté.

En effet en 1974, le trafic sur Internet dépassait 3 millions de paquets par jour. Selon une étude de Cisco, en 2017, le trafic IP global était de 122 exaoctets par mois et la société estime que ce volume devrait atteindre 396 exaoctets d’ici 2022.

« La taille d’Internet et sa complexité continuent de croître d’une façon que beaucoup n’auraient pu imaginer. Depuis que nous avons lancé nos prévisions VNI en 2005, le trafic a été multiplié par 56 et a atteint un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 36 %, lié au nombre de plus en plus important d’utilisateurs, d’appareils et d’applications accédant aux réseaux IP », explique Jonathan Davidson, vice-président senior et directeur général du Service Provider Business chez Cisco.

50 ans après la naissance d’Arpanet, l’ancêtre d’Internet, le monde compte aujourd’hui plus d’appareils connectés que de personnes. En 2022, les internautes représenteront 60 % de la population mondiale et plus de 28 milliards d’appareils se connecteront à Internet.

Aurélie Tran

Auteur : Aurélie Tran

Chef de projet marketing - Nameshield group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *