Botnet Satori : Le pirate encourant 10 ans d’emprisonnement n’agissait pas seul

Botnet Satori
Botnet Satori
Source de l’image : TheDigitalArtist via Pixabay

Nous en savons désormais plus sur le cyberpirate, Nexus Zeta, Kenneth Currin Schuchman de son vrai nom, qui s’est illustré notamment avec la création du botnet Satori.

Plaidant coupable aux charges d’accusation relatives à la création du botnet Satori, ses aveux détaillent la mise en œuvre de cette attaque utilisant les failles IOT.

Pour rappel, un botnet est un ensemble d’ordinateurs infectés et contrôlés à distance par un cybercriminel. Les machines appartenant à un botnet sont souvent appelés « bots » ou « zombies ». Le but : transmettre un malware ou virus au plus grand nombre de machines possible.

Le pirate Nexus Zeta n’a pas agi seul mais en collaboration avec deux autres cybercriminels : Vamp qui serait le développeur/codeur principal de Satori et Drake qui aurait géré les ventes du botnet en question.

Le botnet Satori a été créé à partir du code public du malware Mirai IOT. Souvenons-nous, en 2016, Mirai est à l’origine de l’un des plus gros DDoS encore jamais vu en 2016, avec pour cible notamment le fournisseur américain DYN. Le fonctionnement de Mirai reposait sur la recherche permanente sur Internet des adresses IP correspondant à des objets connectés (IoT). Une fois les objets connectés vulnérables identifiés, Mirai s’y connectait pour y installer le logiciel malveillant.

Si le botnet Satori s’attaquait essentiellement à des appareils présentant des mots de passe configurés par défaut en usine ou faciles à deviner, dès son premier mois de déploiement, il a infecté plus de 100 000 machines.

Entre 2017 et 2018 les trois complices vont continuer à développer Satori, qu’ils rebaptiseront d’ailleurs Okiru et Masuta, allant jusqu’à infecter plus de 700 000 machines.

Officiellement accusé par les autorités américaines, Kenneth Currin Schuchman demeure libre jusqu’à son procès. Toutefois, il rompt sa liberté conditionnelle en accédant à Internet et en développant un nouveau botnet. C’est en octobre 2018 qu’il est cette fois-ci arrêté et emprisonné. Plaidant coupable, il risque jusqu’à dix ans de prison et 250 000 dollars d’amende.

Lucie Loos

Auteur : Lucie Loos

Directrice Marketing Nameshield Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *