Le séquestre des données n’échappe plus à la concentration de l’industrie des noms de domaine

Noms de domaine - Domain names - Acquisition
Acquisition - Concentration de l’industrie des noms de domaine

Il est souvent question de la concentration qui concerne les registres et les bureaux d’enregistrement, deux des maillons essentiels dans l’écosystème des noms de domaine. Les deux sociétés qui ont le plus fait parler d’elles ces deux dernières années sont Ethos Capital et Clearlake Capital, deux sociétés de capital-investissement qui se sont spécialisées dans les acquisitions dans ce secteur.

Ethos Capital fondée en 2019 avait proposé en novembre dans un deal à 1,135 milliard d’euros l’acquisition de Public Interest Registry, le registre en charge de l’extension historique .ORG qui revendiquait alors quelques 10,5 millions d’enregistrements.  Si ce deal ne s’est pas fait après un veto surprise de l’ICANN dans le cadre d’une disposition de l’accord de Registre qui prévoit un processus d’approbation pour chaque type de cession, que ce soit un changement de contrôle ou un important accord de sous-traitance, Ethos Capital s’est très vite réconfortée avec l’acquisition confirmée au 31 mars 2021, du registre Donuts qui en décembre 2020, avait conclu l’acquisition du registre Afilias, opérateur entre autres des extensions .INFO et .MOBI. En ce qui concerne Donuts, le registre revendique aujourd’hui 270 extensions génériques sur un total de 1268 soit 21% d’entre eux ! Il a récemment acquis l’extension .watches du fabricant de produits de luxe Richemont.

En ce qui concerne Clearlake Capital Group, cette société créée en 2006, a mis la main sur Endurance International dans un deal à 3 milliards de dollars et a récemment pris une participation importante dans Web.com. Les deux entités ont été fusionnées pour former une nouvelle société dénommée Newfold Digital. Newfold compte dans son portefeuille des bureaux d’enregistrement comme Register.com, Network Solutions, Domain.com, BuyDomains, BigRock, PublicDomainRegistry et CrazyDomains, mais aussi BlueHost et HostGator, deux très importantes sociétés dans le domaine de l’hébergement Web. Le groupe revendique environ 16,5 millions de noms de domaine.

Autre acteur de renom, le registrar américain GoDaddy, annonçait en février 2021 une levée de 800 millions de dollars pour réaliser des acquisitions. Depuis, GoDaddy semble être passé à l’offensive. Le premier registrar au monde en volume finalise actuellement l’acquisition de Minds & Machines, un registre de nouvelles extensions génériques (27 en tout) dans un deal de 120 millions de dollars. L’Europe n’échappe bien entendu pas au phénomène de concentration même si les deals réalisés sont moins élevés que ceux que nous venons d’évoquer.

En effet, ce ne sont là que quelques exemples d’une concentration qui semble s’accélérer inéluctablement dans le secteur des noms de domaine. Pourtant autre maillon important du métier, les opérateurs de séquestre qui ont la mission de stocker et sauvegarder les données des noms de domaine des bureaux d’enregistrement et des registres, un peu comme le ferait une banque, semblaient jusqu’ici moins exposés au phénomène. Pourtant, si l’on considère la liste des agents désignés par ICANN, on a récemment pu noter que l’un deux, en l’occurrence Iron Mountain a disparu. Ce n’est pourtant pas lié à une erreur mais bien au fait que cet acteur a été absorbé par son concurrent NCC Group. Le deal engagé en juin en toute discrétion, est estimé à 165 millions de dollars.  

Au-delà des concentrations en cours désormais dans l’ensemble des métiers clés nécessaires à la gestion de parcs de noms de domaine, se posent des questions sur l’offre de services qui ne cesse de se réduire à mesure que des acteurs trustent le marché, celle des tarifs aussi (PIR avait obtenu de l’ICANN la levée du plafonnement des prix des .ORG juste avant que Ethos Capital ne fasse son offre de rachat) et celle de la maîtrise des données des utilisateurs de noms de domaine, une maîtrise qui semble difficile avec la globalisation du marché. Rappelons que NAMESHIELD, reste une entreprise française indépendante pour laquelle l’ensemble de ces enjeux sont au cœur de ses préoccupations.

Source de l’image : Geralt via Pixabay

Auteur/autrice : Arnaud Wittersheim

Chef de Service Exploitation Nameregistry - Compliance - Nameshield group