L’heure du cygne noir ?

L’heure du cygne noir-IoT
L’heure du cygne noir-IoT
Source de l’image : abudrian via Pixabay

Les acteurs et fournisseurs de services publics envahissent le monde connecté, profitant des innovations que le reste du monde met si opportunément à leur disposition. Ce ne serait pas un problème si nous ne vivions pas dans une époque où le piratage d’une centrale électrique était devenu possible.

En 2015 et 2016, des pirates informatiques ont coupé le courant à des milliers d’utilisateurs en plein hiver ukrainien. Depuis, le gouvernement américain a admis ouvertement que des puissances étrangères tentaient chaque jour de prendre le contrôle des salles de commande du réseau énergétique des États-Unis. Et c’est important parce que nous sommes actuellement en train de connecter des infrastructures vieilles de plusieurs décennies dans un environnement qui nage avec des menaces contre lesquelles elles n’ont jamais été conçues.

Les ingénieurs et informaticiens n’ont pas toujours été sur la même longueur d’onde. Ces disciplines sont différentes, ce sont des mentalités différentes ayant des objectifs différents, des cultures différentes et, bien sûr, des technologies différentes. Les ingénieurs peuvent anticiper les accidents et les défaillances, tandis que les professionnels de la cybersécurité anticipent les attaques. Il existe des normes industrielles extrêmement différentes pour chaque discipline et très peu de normes pour le domaine en plein essor de l’Internet des objets (IoT), qui se faufile de plus en plus dans les environnements des services publics. Ces deux mondes entrent maintenant en collision.

Une grande partie de l’informatique utilisée dans l’infrastructure des services publics était auparavant isolée et fonctionnait sans crainte des pirates informatiques, avec des systèmes conçus pour la disponibilité et la commodité, et non pour la sécurité. Leurs créateurs n’envisageaient pas qu’un utilisateur ait besoin de s’authentifier sur un réseau pour prouver qu’il était digne de confiance. Et, si ce postulat était acceptable par le passé, nous avons aujourd’hui un paysage encombré de machines obsolètes, chargées de codes peu sécurisés et non équipées pour faire face aux menaces informatiques modernes. La mise à niveau de ces systèmes et la sécurité après coup, ne résoudront pas tous ces problèmes de sécurité, et les remplacer entièrement serait bien trop coûteux, difficile à envisager et presque utopique pour beaucoup. Et c’est un réel problème aujourd’hui que de les connecter dans un environnement exposé à  des menaces et des adversaires sans cesse à la recherche de la prochaine cible facile.

Aujourd’hui, le monde tend à se connecter de plus en plus, notamment à travers l’Internet des objets (Internet of ThingsIoT), on parle de voitures connectées, de moniteurs pour bébé connectés au smartphone d’un parent et des sonnettes qui informent les propriétaires qui se trouvent à leur porte, les frigos, les machines à laver deviennent connectés… et les services publics suivent la tendance en voulant naturellement faire partie de l’évolution de ce monde vers l’informatisation croissante des objets physiques.

Aussi passionnant que ces innovations puissent paraître, à chaque jour son lot de découverte de failles de sécurité des objets connectés. Qu’il s’agisse de mots de passe codés en dur, d’une incapacité à authentifier ses connexions sortantes et entrantes ou d’une impossibilité de mettre à jour, il y a peu d’argument concernant leur sécurité. Ces produits sont souvent précipités sur le marché sans penser à ce facteur important.

Les entreprises et les gouvernements s’emparent de l’Internet des Objets pour transformer leur manière de faire du business, et les services publics font de même. Les grandes infrastructures seront de plus en plus composées de connecteurs et de capteurs IoT – capables de relayer les informations à leurs opérateurs et d’améliorer radicalement le fonctionnement général des services publics.

Malheureusement, dans la course à l’innovation, les premiers arrivés ignorent souvent les problèmes de sécurité que de nouvelles inventions brillantes apportent souvent avec elles. Et entre un environnement industriel ou utilitaire, même si le concept d’IoT est similaire, les impacts potentiels peuvent être radialement différents. Une poupée connectée est une chose, une centrale électrique en est une autre !

Les risques sur les services publics, sont avérés. Il existe de nombreux exemples. Stuxnet, le virus qui a détruit le programme nucléaire iranien en est un. Les attaques susmentionnées sur le réseau électrique ukrainien pourraient en être une autre. En outre, les gouvernements occidentaux, la France y compris, admettent maintenant que des acteurs étrangers tentent de pirater leurs services publics quotidiennement.

Si c’est un si gros problème, on pourrait légitimement se demander pourquoi cela n’est-il pas arrivé plus souvent? Pourquoi n’avons-nous pas encore entendu parler d’attaques aussi dévastatrices? Le fait est que beaucoup ne savent pas qu’ils ont déjà été piratés. De nombreuses organisations passent des semaines, des mois et souvent des années sans se rendre compte qu’un attaquant se cache dans leurs systèmes. Le Ponemon Institute a constaté que le délai moyen entre une organisation atteinte et la découverte de l’attaque est de 191 jours, près de six mois donc. Cela est particulièrement vrai si l’un de ces systèmes anciens n’a aucun moyen de dire ce qui est anormal. D’autres peuvent simplement cacher leur violation, comme le font de nombreuses organisations. De telles attaques sont souvent gênantes, en particulier avec les implications réglementaires et les réactions publiques qu’une cyberattaque sur un service public entraîne.

De plus, la plupart des attaques ne sont souvent pas catastrophiques. Ce sont généralement des tentatives pour obtenir des données ou accéder à un système critique. Pour la plupart, c’est un objectif suffisamment important à atteindre. S’attaquer aux possibilités les plus destructrices d’une telle attaque constituerait essentiellement un acte de guerre et peu de cybercriminels voudraient se mettre à dos un État.

La théorie du cygne noir – théorisée par Nassim Nicholas Taleb : une situation difficile à prévoir et qui semble extrêmement improbable, mais qui aurait des conséquences considérables et exceptionnelles – convient parfaitement ici. Nous ne savons pas quand, comment ou si un tel événement pourrait se produire, mais nous ferions mieux de commencer à nous y préparer. Même si la probabilité d’un tel événement est faible, le coût d’attendre et de ne pas s’y préparer sera quant à lui bien plus élevé. Le marché des IoT, notamment dans le secteur des services publics doit commencer à se préparer à ce cygne noir.

Les infrastructures à clés publiques (PKI) utilisant des certificats permettront aux services publics de surmonter bon nombre de ces menaces, offrant ainsi une confiance inégalée à un réseau souvent difficile à gérer. Il repose sur des protocoles interopérables et normalisés, qui protègent les systèmes connectés au Web depuis des décennies. Il en va de même pour l’IoT.

Les PKI sont très évolutives, ce qui les rend parfaitement adaptées aux environnements industriels et aux services publics. La manière dont de nombreux utilitaires vont s’emparer de l’IoT passe par les millions de capteurs qui vont restituer les données aux opérateurs et rationaliser les opérations quotidiennes, ce qui les rend plus efficaces. Le nombre considérable de ces connexions et la richesse des données qui les traversent les rendent difficiles à gérer, difficiles à contrôler et à sécuriser.

Un écosystème PKI peut sécuriser les connexions entre les périphériques, les systèmes et ceux qui les utilisent. Il en va de même pour les systèmes plus anciens, conçus pour la disponibilité et la commodité, mais non pour la possibilité d’attaque. Les utilisateurs, les périphériques et les systèmes pourront également s’authentifier mutuellement, garantissant ainsi que chaque partie de la transaction est une partie de confiance.

Les données qui circulent constamment sur ces réseaux sont chiffrées sous PKI à l’aide de la cryptographie la plus récente. Les pirates qui veulent voler ces données se rendront compte que leurs gains mal acquis sont inutiles s’ils réalisent qu’ils ne peuvent pas les déchiffrer.

Assurer davantage l’intégrité de ces données passe par la signature de code. Lorsque la mise à jour des appareils doit se faire sans fil, la signature de code vous indique que l’auteur des mises à jour est bien celui qu’il prétend être et que le code n’a pas été falsifié de manière non sécurisée depuis sa rédaction. Le démarrage sécurisé empêchera également le chargement de code non autorisé lors du démarrage d’un périphérique. La PKI n’autorise que le code sécurisé et approuvé à s’exécuter sur un périphérique, ce qui bloque les pirates et garantit l’intégrité des données requise par les utilitaires.

Les possibilités d’une attaque contre un utilitaire peuvent parfois sembler irréalistes. Il y a quelques années à peine, un piratage d’un réseau électrique semblait presque impossible. Aujourd’hui, les nouvelles concernant les vulnérabilités liées à l’IoT font régulièrement les manchettes dans le monde entier. Les implications destructrices de cette nouvelle situation n’ont pas encore été pleinement prises en compte, mais le fait que nous voyions des cygnes blancs ne signifie pas qu’un cygne noir ne soit pas en train de préparer son envol.

Les utilisateurs vont commencer à exiger de ces entreprises des dispositions de sécurité. La Federal Energy Regulatory Commission (FERC) a récemment infligé une amende de 10 millions de dollars à une entreprise de services publics qui a été reconnue coupable de 127 infractions différentes à la sécurité. La société n’a pas été nommée, mais des groupes de pression ont récemment lancé une campagne, déposant une pétition auprès de la FERC afin de la nommer publiquement avec les conséquences potentielles sur son image de marque. En outre, avec l’avènement du règlement général sur la protection des données (RGPD) et de la directive NIS l’année dernière, les services publics doivent désormais examiner de plus près la manière dont ils protègent leurs données. Partout dans le monde, les gouvernements cherchent des moyens de sécuriser l’IoT, notamment en ce qui concerne les risques pour la sécurité physique. La sécurité des services publics est importante parce que les services publics jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement de la société. Il est tout aussi important qu’ils soient entraînés dans le 21ème siècle, car ils en sont protégés. Les PKI offrent le moyen de faire exactement cela.

Mike Ahmadi, vice-président de DigiCert pour la sécurité industrielle IoT, travaille en étroite collaboration avec les organismes de normalisation des secteurs de l’automobile, du contrôle industriel et de la santé, les principaux fabricants d’appareils et les entreprises pour faire évoluer les meilleures pratiques en matière de cybersécurité et les solutions de protection contre les menaces en constante évolution. L’une de ses publications est à l’origine de cet article.

Christophe Gérard

Auteur : Christophe Gérard

Security Product Manager @ Nameshield Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *