Cyberattaque : le G7 et la France organisent la simulation d’une attaque cyber dans la finance

Cyberattaque : le G7 et la France organise la simulation d’une attaque cyber dans la finance
Cyberattaque : le G7 et la France organise la simulation d’une attaque cyber dans la finance
Source de l’image : TheDigitalArtist via Pixabay

Devant la recrudescence et la puissance sans cesse augmentée des cyberattaques, un exercice de simulation d’une attaque informatique dans le monde de la finance va être organisé par les 7 puissances économiques que sont les membres du G7.

Dans le cadre de la présidence française, c’est la France qui pilotera ce test, auquel 24 autorités financières de 7 membres du G7 participeront et ce pendant 3 jours. 

Nul n’est aujourd’hui sans savoir que le secteur bancaire est l’un des plus visés par les cybercriminels [19% des attaques cibleraient les institutions bancaires selon une étude IBM].

C’est ainsi que pour la toute première fois, les pays du G7 organisent début juin 2019, une simulation transfrontalière de cyberattaque. Ce test est organisé par la Banque de France et propose le scénario suivant : un logiciel malveillant sera injecté au sein d’un composant technique très utilisé dans le secteur financier.

Comme l’indique Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances de France, « Les menaces cyber sont la preuve que nous avons besoin de plus de multilatéralisme et de coopération entre nos pays ».

Selon cet argument, ce même exercice sera mené au même moment dans d’autres pays, lui conférant une dimension particulière. Si d’autres exercices de ce type avaient en effet déjà été réalisés auparavant, notamment par la Banque d’Angleterre et la Banque centrale européenne, aucun de ces tests n’avait été réalisé en simultané.

Quels sont les buts recherchés de cet exercice conjoint ? Établir fermement les risques d’une propagation épidémique d’une cyberattaque, afin de pouvoir améliorer la sécurisation des infrastructures et de s’assurer de la réactivité en cas d’attaque et d’éviter une contagion tous azimuts.

Lucie Loos

Auteur : Lucie Loos

Directrice Marketing Nameshield Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *