Quels enseignements tirer de l’ICANN62 de Panama ?

Quels enseignements tirer de l’ICANN62 de Panama ?

Quels enseignements tirer de l’ICANN62 de Panama ?

Fin juin, l’ICANN a tenu son 62ième sommet dans la capitale de Panama. Ce sommet dit « intermédiaire » dans la mesure où il s’agit du second des trois rendez-vous annuels que donne l’ICANN à la communauté internet, a été l’occasion d’annonces suivies par Nameshield qui était sur place.

Un sommet plus mesuré

Du 25 au 28 juin dernier, l’ICANN tenait à Panama city son 62ième sommet. Ce rendez-vous de milieu d’année se veut habituellement moins démonstratif que les sommets de début et de fin d’année. En pratique rien ne change mais quand on y regarde de plus près on note de petites différences dans les pauses et les déjeuners qui se transforment en déjeuners privés et les cocktails plus rares et davantage mesurés. Selon nos sources, il s’agirait avant tout d’une question d’équilibre budgétaire car l’ICANN a une feuille de route budgétaire pour ses événements et cela relève plutôt du sens d’une bonne gestion que de limiter les dépenses en milieu d’année.

Davantage de transparence et d’échanges entre instances

Autre fait notable, comparativement à des sommets antérieurs, l’agenda des meetings sur place employait moins souvent la terminologie « Closed session » (session fermée). Cette évolution vers davantage de transparence est notamment illustrée par le GAC, le comité consultatif des gouvernements, dont presque toutes les sessions étaient ouvertes au public alors qu’il y a peu leurs sessions étaient majoritairement fermées. Parallèlement à cette évolution, on note également que les instances représentatives de certains acteurs comme les registres, les registrars ont davantage échangé entre elles et cela de manière publique. Cela veut-il pour autant dire que tout va bien dans le meilleur des mondes ?

De gauche à droite : Donna Austin Chair du groupe des registres RySG, Heather Forrest chair du GNSO (Generic Names Supporting Organization), et Manal Ismail chair du GAC (Governmental Advisory Committee).

Le RGPD encore et toujours

Non, il y a bien des écueils. Le RGPD, le fameux règlement européen sur la protection des données personnelles, voté en 2016 par le Parlement Européen et entré en vigueur le 25 mai dernier en est la meilleure illustration. Sur ce sujet, la communauté internet n’est pas parvenue à un consensus pour adapter l’industrie des noms de domaine aux enjeux de ce Règlement. Si certains diront que l’ICANN s’y est intéressée trop tardivement, l’ICANN a dû imposer à l’arrachée des Spécifications Temporaires qui ont été votées le 17 mai pour application le 25 mai. Ces mesures souvent contraignantes pour les  registres et registrars, comme le masquage de toutes les données personnelles du Whois, dans un délai aussi court, ont occasionné un surcroit de charge et pour la première fois une fragmentation de services entre prestataires, tous n’appliquant pas ces règles de la même manière.

Pour sortir de cette situation inédite, l’un des enjeux principaux de Panama, était donc de lancer un processus qui doit permettre de remplacer ces règles temporaires par des règles consensuelles avant mai 2019. Il faut savoir en effet que la durée d’application de règles temporaires ne peut pas excéder une année.

Sur ce plan, Panama aura atteint son objectif car le lancement du processus de consultation et de révision a été officialisé à Panama. Ce travail qui doit aboutir pour la fin d’année par la remise d’un rapport va être suivi de près par les autorités européennes ainsi qu’Europol qui ont demandé à ce que les choses avancent vite.

Dans ce contexte, Nameshield était heureux de porter les intérêts des entreprises européennes dans des débats où les entreprises américaines étaient omniprésentes.

L’audit du dernier round dans le timing

L’autre grand sujet de Panama était l’avancée de la revue du dernier round des nouvelles extensions qui remonte déjà à 2012. L’audit de ce round qui a débuté en 2016 devait aboutir à un rapport global en fin d’année. Panama aura permis de constater que le timing de ce travail de longue haleine était globalement tenu dans la mesure où quatre des cinq groupes de travail qui ont planché sur ce sujet ont présenté à Panama un rapport préliminaire qui sera complété d’ici à la fin de l’année par le travail du dernier groupe de travail qui se penche lui sur l’utilisation plus large de termes géographiques en tant qu’extension internet.

Rendez-vous à Barcelone pour l’ICANN63

Dans un peu plus de trois mois, se tiendra à Barcelone le dernier sommet annuel de l’ICANN. Ce sommet auquel participera Nameshield sera l’occasion de mesurer l’avancée des sujets précités.

Arnaud Wittersheim

Auteur : Arnaud Wittersheim

Chef de Service Exploitation Nameregistry - Compliance - Nameshield group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *