Arnaque par e-mail

Alerte FOVI - Blog Nameshield
Alerte FOVI - Blog Nameshield

La fraude aux faux ordres de virement (FOVI) est de retour !!!

Des escrocs ont utilisé le bon vieux système des faux ordres de virement, en piratant des comptes mail de sociétés.

Récemment, la société Pathé a été la cible d’un groupe de fraudeurs professionnels qui, grâce à une communication raffinée, a réussi à gagner la confiance de certains collaborateurs de la filiale du groupe aux Pays-Bas. Montant de la fraude : 19 200 000 euros.

Leur méthode : Des courriels envoyés au cours du mois de mars 2018 depuis une fausse adresse électronique au PDG afin de de procéder à des virements d’argent destiné à financer une prétendue acquisition à Dubaï. Les fraudeurs se faisaient passer pour la direction du groupe et précisaient que l’argent serait remboursé après la transaction.

Autre cas, une société pétrolière française s’est fait dérober 900.000 euros à la mi-octobre. Un sous-traitant français de la société, opérant en Angola, contacte par email le service comptable de cette entreprise francilienne. Il lui demande d’effectuer un virement dans le cadre de leurs affaires commerciales : « L’argent a été viré sur un compte de la Barclays Bank à Londres avant de disparaître purement et simplement ». Ce n’est qu’après-coup que l’entreprise découvre que des escrocs ont réussi à pirater le compte mail de ce sous-traitant pour leur usurper leur identité.

Ce phénomène touche plus particulièrement les petites et moyennes entreprises car elles n’ont pas encore mis en place de stratégie de protection. Selon l’office central pour la répression de la grande délinquance financière en France, 430 millions d’euros ont été détournés en l’espace de 3 ans par les escrocs aux faux ordres de virement.

Les différents modes opératoires

1. L’escroquerie au Président

Technique consistant à convaincre le collaborateur d’une entreprise d’effectuer en urgence un virement important à un tiers pour obéir à un prétendu ordre du dirigeant.

2. L’escroquerie au changement de RIB

Technique consistant à contacter un fournisseur/client afin de lui notifier d’un changement de RIB. En général, l’escroc utilise des informations confidentielles (factures, contrat) afin de convaincre l’interlocuteur de modifier le RIB et d’initier le transfert. A noter, cette technique nécessite toutefois une prise de contrôle des messageries des cibles.

Quelques règles simples pour se prémunir

Au sein de l’entreprise :

1. Sensibilisation en interne

Rappeler aux collaborateurs la prudence concernant les données de l’entreprise : Toute information liée à l’entreprise peut être utilisée par des escrocs.

Sensibiliser régulièrement l’ensemble des employés des services comptables, trésorerie, secrétariats, standards, de ce type d’escroquerie, notamment pendant les périodes de congés.

2. Instaurer des procédures de vérification pour les paiements internationaux

3. Maintenir à jour le système de sécurité informatique

4. Accentuer la vigilance pendant les périodes de vacances scolaires, les jours fériés et les jours de paiement des loyers

Surveillance :

1. Surveiller/Détecter les noms de domaine utilisés pour la messagerie interne
Les cybercriminels enregistrent des noms de domaine proches de ceux de la société afin de créer l’illusion. 

2. Lancer des actions concernant les noms de domaine déposés par des tiers (utilisés ou non)
Les escrocs utilisent les noms  de domaine quelques heures après l’enregistrement du nom de domaine afin de lancer une attaque.

3. Sécuriser la messagerie contre le typosquatting
Le logiciel de messagerie doit permettre de bloquer toute intrusion via un nom de domaine proche de celui utilisé par l’entreprise.

4. Sensibiliser les clients/fournisseurs/sous-traitants
Informer les contacts sur le mode de communication/ordre afin d’éviter tout risque d’intrusion d’un tiers.

Reconnaître les signes d’attaque

Il existe une multitude de signes permettant d’identifier une attaque, cependant c’est le caractère rapide/urgent de la demande qui peut alerter l’interlocuteur. En effet, plus l’attaque sera rapide dans le temps, plus elle sera efficace.

En voici une liste non exhaustive :

1. Une demande de virement à l’international, non planifiée, au caractère urgent et confidentiel
Dans ce cas, il peut s’avérer utile de contacter son interlocuteur habituel avec les coordonnées connues de la société.

2. Se méfier de tout changement de coordonnées téléphoniques, RIB ou mails

3. Se méfier d’un contact direct d’un escroc se faisant passer pour un membre de la société ou un responsable

4. Pour assoir sa crédibilité, l’escroc apportera une abondance de détails sur l’entreprise et son environnement
L’escroc tentera de créer un climat de confiance en apportant des données confidentielles afin de prouver la légitimité de sa demande.

Dernière histoire (vraie) pour finir :

Un escroc fait son premier coup en juillet 2005 à Paris, en téléphonant à la directrice d’une agence bancaire. Il se fait passer directeur général de sa banque. Il lui raconte qu’un agent des services secrets va prendre contact avec elle. La directrice doit coopérer à une enquête confidentielle portant sur « le blanchiment de capitaux destinés à financer des actes terroristes ». L’escroc parviendra à se faire remettre une sacoche contenant 358 000 € avant de disparaître.

Auteur : Laurent BECKER

Chef de service Conseil Juridique - Nameshield group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *