Google verse 9 Milliards de dollars pour rester le moteur de recherche par défaut d’Apple

Google verse 9 Milliards de dollars pour rester le moteur de recherche par défaut d'Apple
Google verse 9 Milliards de dollars pour rester le moteur de recherche par défaut d'Apple
Source de l’image : 377053 via Pixabay

En Septembre 2017, Apple changeait de moteur de recherche par défaut pour son assistant numérique personnel Siri. Depuis, toute question posée à Siri et nécessitant une recherche sur le Web passe par le moteur de recherche de Google, et non plus par Bing, celui de Microsoft. Ce changement suivait ainsi une certaine cohérence dans la mesure où le moteur par défaut dans le navigateur Safari, en version macOS ou iOS, était également celui de Google. Mais au-delà de la simple cohérence, c’est surtout le possible accord financier évoqué alors sur une note du cabinet d’analyses Bernstein qui attirait l’attention : Google aurait versé 3 milliards de dollars à Apple pour être le moteur de recherche par défaut sur iPad et sur iPhone.

Un an plus tard c’est l’analyste Rod Hall, de la banque d’investissements Goldman Sachs, qui donne un nouvel éclairage à cet accord financier officieux. En effet, Google aurait payé 9 milliards de dollars à Apple pour l’année 2018 et prévoirait près de 12 milliards de dollars pour l’année 2019. A titre d’éclairage complémentaire, ces transactions rapportent plus d’argent à Apple que ses propres services iCloud ou Apple Music et seraient même la deuxième source de revenus de la division « services » derrière l’App Store.

Ces sommes paraissent folles ?

Rod Hall base ses estimations sur la part de marché du navigateur Safari, en croissance constante. Sur ordinateurs, tablettes et téléphones mobiles confondus, Safari représente aujourd’hui entre 15% et 17% de parts de marché selon différentes sources (NetMarketShare ou Statcounter) contre 60% à 61,6% pour Chrome. C’est surtout le trafic généré via Safari qui ne cesse d’augmenter et qui sert de base de calcul dans cet accord.

Même si les chiffres avancés par Rod Hall restent des estimations, non confirmés par les deux géants du web, ou encore jugés trop importants par d’autres cabinets, la facture finale pour Google semble salée. Mais ces chiffres restent presque raisonnables au vu des enjeux financiers. En effet, selon différentes sources, Google représente plus de 92% du marché des moteurs de recherche dans le monde et entend bien par tous les moyens maintenir cette position dominante.

L’acquisition de trafic est primordiale pour Google qui se rattrape directement via le canal publicitaire, indirectement sur la collecte d’information des utilisateurs venant ainsi alimenter ses bases de données et, par voie de conséquence, ses programmes d’intelligence artificielle, sans parler de la préservation de son omnipotence.

Google a ainsi renégocié l’an dernier les contrats de ses partenaires en augmentant leur rémunération. Les sommes que Google reverse à ses partenaires au titre de l’acquisition de trafic ont régulièrement augmenté ces dernières années. Ils ont dépassé les 20 milliards de dollars en 2017, représentant 22,7 % des revenus publicitaires du groupe… ça donne le tournis.

Christophe Gérard

Auteur : Christophe Gérard

Security Product Manager @ Nameshield Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *