Quand la domainosphère s’intéresse à la cryptomonnaie

Quand la domainosphère s’intéresse à la cryptomonnaie

Quand la domainosphère s’intéresse à la cryptomonnaie

A l’heure où ces lignes sont rédigées, le bitcoin bat son plein, puisqu’il atteint les 12600€, soit 18% de plus qu’hier, soit 51% de plus que la semaine dernière, soit 103% de plus que le mois dernier, et 1650% de plus que l’année dernière. De quoi avoir quelques regrets de ne pas avoir pris le train en marche plus tôt.

Certains diront que le bitcoin et tous ses petits copains (Ethereum, Litecoins, Monero, ZCash, ou Ripple) n’ont aucun avenir, que cette jolie bulle spéculative a vocation à disparaître très rapidement et que les investisseurs perdent leur argent. D’autres vous diront qu’ils ont toute confiance dans ces nouvelles devises et qu’elles sont aussi sûres que l’or. Comment ne pas les croire quand on voit le jeune Erik Finman devenir millionnaire grâce à l’achat de 1000$ de bitcoins quelques années plus tôt, revendus pour 100 000$, lui ayant permis de créer sa société ?

Pour revenir aux bases, et mieux comprendre de quoi il s’agit, les cryptomonnaies sont des monnaies cryptographiques et proposent un système de paiement de pair à pair. Il s’agit donc de monnaies virtuelles car ces dernières sont caractérisées par une absence de support physique : ni pièces ni billets et les paiements par chèque ou carte bancaire ne sont pas possibles non plus. Ce sont des monnaies alternatives qui n’ont de cours légal dans aucun pays du globe. Leur valeur n’est pas indexée sur le cours de l’or ni sur celle des devises classiques et elles ne sont pas non plus régulées par un organe central. Elles sont largement remises en cause par les Etats (certains les ont même interdites) car elles peuvent servir à financer des marchés illégaux. Certes, mais pas plus qu’un billet de 100$… Aujourd’hui, il est impossible de tracer un billet de banque et aucune transaction illégale n’est réglée par carte bancaire, mais bien avec des billets physiques.

Pourtant, si on regarde de plus près, la cryptographie sécurise les transactions qui sont toutes vérifiées et enregistrées dans un domaine public, assurant tout à la fois confidentialité et authenticité, grâce à la technologie blockchain.

Si certains pays interdisent les cryptomonnaies, d’autres pays n’y voient pas d’inconvénients (ou ne donnent pas d’avis sur la question). On peut même faire des dons à la Croix Rouge en bitcoins, acheter des produits sur showroomprive.com, acheter des jeux vidéo sur gamesplanet.com, prendre des cours d’échecs sur echecs-facile.com etc. De plus en plus de sites internet français acceptent les paiements en bitcoins, ce qui fait prendre de la valeur à la monnaie. Dernière nouvelle, la société PwC, l’une des BigFour, a annoncé qu’elle acceptait les règlements en bitcoins pour la fourniture de ses services.

Ainsi, on le comprend, personne n’arrive à se mettre d’accord sur l’avenir accordé aux cryptomonnaies mais force est de constater que le sujet impacte de plus en plus de monde (relayé par les médias notamment) et de sociétés (en termes économiques).

D’ailleurs, Amazon ne pourra pas nier son intérêt pour les cryptomonnaies puisque la société annonçait en septembre dernier qu’elle accepterait les transactions avec cette devise sur son site web prochainement. Une information non innovante, car des sites acceptent déjà le Bitcoin, mais cela serait une première pour un des principaux acteurs du e-commerce.

Amazon a d’ailleurs fait l’acquisition des noms de domaine amazonethereum.com, amazoncryptocurrency.com et amazoncryptocurrencies.com. Ces acquisitions vont peut-être confirmer la rumeur diffusée en septembre, mais également en créer une : celle où Amazon souhaiterait créer sa propre cryptomonnaie. Une idée qui n’est pas non plus nouvelle, mais on connaît les ambitions de l’entreprise quand il s’agit de disrupter un marché.

Enfin, le nom de domaine ethereum.com est actuellement en vente pour 10 millions de dollars. En octobre, eth.com s’est vendu pour 2 millions de dollars.

ethereum.com - Quand la domainosphère s’intéresse à la cryptomonnaie

Et vous, vous y croyez ?

Perrine DELERUE

Auteur : Perrine DELERUE

Consultante Juriste - Nameshield group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *