DNS – le grand oublié de l’Internet

DNS

« Le DNS continue à être l’un des services Internet les plus ciblés, et reste le talon d’Achille de l’infrastructure Internet mondiale. Non seulement le DNS a été le protocole le plus utilisé cette année pour les attaques DDoS par réflexion/amplification, mais on peut aussi noter qu’une seule attaque ciblant un fournisseur de DNS spécifique, a été la cause d’une des interruptions de trafic les plus importantes de 2016 [NDLR : attaque sur le prestataire Dyn qui a rendu inaccessible durant une dizaine d’heures une grande partie d’Internet aux USA, touchant notamment Twitter, Ebay, Netflix, Amazon, PayPal… en octobre 2016]. »

Arbor Network Infrastructure Security Report – Juin 2017.

 

Mais, qu’est-ce que le DNS ?

 

Mont Blanc - DNS

 

Parce que l’être humain est bien plus apte à retenir un nom que des chiffres, et parce que c’est encore plus vrai pour se rendre sur un site Internet entre un nom de domaine (www.nameshield.net) et une adresse IP (256.17.28.192), l’être humain, pour se faciliter la vie, a créé le DNS : Domain Name System (ou Service).

Par exemple :  « Je veux aller sur Google.com, mon navigateur va demander au DNS quelle est l’adresse IP du serveur web qui héberge google.com, il va l’obtenir, s’y rendre et télécharger la page. »

 

Le DNS est une base de données publique, décentralisée et répartie, qui associe des noms de domaine à des adresses IP. Il existe depuis 1985. C’est une pièce que l’on pourrait qualifier d’infrastructure de l’Internet, indispensable à celui-ci pour fonctionner… et pourtant le DNS est invisible pour l’utilisateur.

Le DNS a été massivement adopté parce qu’il est pratique. Il simplifie la vie de l’internaute et lui permet de facilement identifier, différencier, repérer, mémoriser et transmettre le nom de domaine d’un site web associé à une marque. Il a aussi été adopté de l’autre côté du miroir par les administrateurs réseaux pour identifier et différencier des serveurs, c’est encore plus vrai avec IPv6, avec la multiplication des hosts et l’arrivée du tout connecté. Le DNS leur permet enfin et surtout de pouvoir changer des serveurs et adresses IP en toute transparence pour l’internaute.

Le DNS est tellement omniprésent que sans le DNS, l’Internet tombe ! Tout le monde doit pouvoir y accéder sinon le web ne fonctionnerait plus. C’est ce qui est arrivé en 2016 à nos compatriotes américains qui ont dû se passer de Twitter ou d’acheter frénétiquement pendant près de 10h. Le manque à gagner en terme de chiffre d’affaires et l’impact sur l’image de marque des sociétés impactées ont été considérables.

Mais comme il est invisible, tout le monde a tendance à l’oublier… et à s’en rendre compte lorsqu’il est trop tard.

Les services stratégiques qui dépendent du DNS et les risques associés

Sites web et email sont les deux services majeurs qui dépendent systématiquement du DNS. Imaginez votre site web inaccessible pendant 1 minute, 10 minutes, 1 heure… et les conséquences pour votre entreprise, chiffre d’affaires, discontinuité de service, image de marque, perte de clientèle. Et quelles conséquences pour une absence d’emails sur ces mêmes durées…

Si ces deux services sont les plus potentiellement impactés, d’autres peuvent dépendre du DNS : VPN, VOIP, Messagerie Instantanée… avec des conséquences peut-être moindres mais tout aussi fâcheuses pour le fonctionnement de l’entreprise.

Les attaques sur les DNS

Malheureusement les serveurs DNS sont exposés à de nombreuses attaques potentielles :

Cache poisoning : faire croire aux serveurs DNS qu’ils reçoivent une réponse valide à une requête qu’ils effectuent, alors qu’elle est frauduleuse. Une fois le DNS empoisonné, l’information mise en cache rend vulnérables tous les utilisateurs (renvoie vers un faux site).

Man in the middle : l’attaquant altère le ou les serveurs DNS des parties de façon à rediriger vers lui leurs communications sans qu’elles ne s’en aperçoivent.

DNS Spoofing : rediriger les internautes à leur insu vers des sites pirates.

DDoS : les DNS sont de plus en plus ciblés par les attaques DDoS afin de les saturer et les empêcher d’assurer la résolution des services clés de l’entreprise.

Et toutes ces attaques ont les mêmes conséquences : détourner ou stopper le trafic des entreprises.

Le grand oublié

Du point de vue de l’internaute, le DNS n’existe pas, celui-ci utilise le système de nommage des noms de domaine pour naviguer et envoyer des emails, il n’a qu’un besoin, que ça marche !

Du côté des entreprises, le problème est différent, il s’agit souvent d’un manque d’information, d’une absence de conscience de l’importance du DNS et des conséquences d’une coupure de service. Dans la plupart des cas, les entreprises n’y font pas réellement attention. Elles vont utiliser un budget important pour enregistrer et gérer des noms de domaine pour augmenter leur visibilité et protéger leurs marques, mais ne vont pas s’attarder sur la robustesse des serveurs DNS mis à leur disposition par leur prestataire.

Les bonnes pratiques à mettre en place : disposer d’une infrastructure DNS de premier ordre

DNS

Avant tout, se poser la question de savoir si vos noms de domaine stratégiques bénéficient d’ores et déjà d’une attention particulière du côté de l’infrastructure DNS. Est entendu par stratégique, l’ensemble des noms de domaine sur lesquels reposent le trafic des services clés de la société : sites web, email, VPN, messagerie instantanée…

Acquérir sa propre infrastructure DNS est une solution qui présente les avantages de la flexibilité et du contrôle, mais le coût d’acquisition, gestion et maintien d’un côté, la complexité et le savoir nécessaire de l’autre, sont souvent rédhibitoires ou mal évalués. Il est souvent plus facile de s’orienter vers une infrastructure DNS externe gérée par un registrar, un hébergeur ou un prestataire spécialisé. Il convient alors de vérifier quel taux de disponibilité annuel est garanti et comment il s’appuie sur les bonnes pratiques pour une disponibilité maximale.

Pour assurer une haute disponibilité à vos services Internet, il est crucial de choisir une solution DNS hautement disponible, qui offre :

– les fonctionnalités nécessaires à une utilisation intensive du DNS ;

– un réseau de type anycast pour diminuer le temps de résolution DNS et assurer un temps d’accès à vos sites optimal ;

– une infrastructure DNS sécurisée et restant disponible même en cas d’attaque

– des fonctionnalités clés telles que : GeoIP, Failover, Registry lock, DNSSEC, filtrage anti-DDoS intelligent…

 

Conclusion :

Le DNS ne se voit pas mais il est partout, il garantit l’accès à vos services clés via la résolution de vos noms de domaine stratégiques, il est potentiellement exposé à de nombreuses attaques aux conséquences désastreuses, et il manque trop souvent d’attention de la part des entreprises. Alors… ne l’oubliez pas et parlez-en le cas échéant à votre interlocuteur Nameshield.

 

 

 

Ce article est également disponible en english.

Christophe Gérard

Auteur : Christophe Gérard

Security Product Manager @ Nameshield Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *