Hier vous recherchiez de la confiance, aujourd’hui Google vous impose sa pertinence !

Hier vous recherchiez de la confiance, aujourd’hui Google vous impose sa pertinence

Hier vous recherchiez de la confiance, aujourd’hui Google vous impose sa pertinence

 

1998. La France est en finale de la Coupe du Monde, organisée à domicile. Finale contre le Brésil, Zinedine Zidane marque deux buts de la tête, fin de la première mi-temps. À ce moment-là, vous vous dites que c’est « rapado rapado » (https://www.youtube.com/watch?v=V4ahMgulldo) pour le Brésil et allez vous endormir, fier d’être vous aussi champion du monde.

Le lendemain, à la pause-café, vous apprenez qu’il y a eu un troisième but à la toute fin de la deuxième période. Et à cette époque, vous pouviez aller sur Internet pour savoir qui était ce buteur du triplé. Aujourd’hui, la certitude n’est plus la même. Voyons ensemble.

 

Au XXème siècle, l’information sur Internet passait par le biais de portails auxquels vous pouviez avoir confiance, tant vos petites habitudes faisaient que vous alliez sur tel ou tel site connu de vous. La sensibilisation à la source de l’information était la première de vos préoccupations.

Exemple Hitsme
Exemple : Hitsme, créé en 1998, permettait l’échange de bannières garantissant un certain niveau de confiance via l’identification du DNS

 

Dix-neuf ans plus tard, alors que la France est sixième au classement FIFA (http://fr.fifa.com/fifa-world-ranking/ranking-table/men/), rechercher une information ne s’opère plus de la même façon sur la toile : tapez votre requête sur votre moteur de recherche préféré et le résultat s’offre à vous.

Essayez-donc : saisissez « Classement FIFA » sur Google et vous verrez le tableau. Seulement, la source n’est pas le site de la FIFA que je viens de citer précédemment. Non, il s’agit de les-sports.info, un site Internet pour lequel vous ne savez rien : pas de mentions légales, un design austère. On ne sait pas qui a créé ce site et pourtant vous avez fait confiance à Google lorsque votre moteur de recherche favori vous a présenté directement le classement.

Google - Classement Fifa

 

Vous l’avez compris, nous parlons ici d’une évolution de la recherche d’information sur Internet : avant on cherchait la confiance « je vais sur le journal l’Equipe pour voir les résultats sportifs » alors qu’aujourd’hui vous demandez à Google en espérant que ce dernier sera pertinent ; la confiance a cédé sa place à la pertinence.

Peu importe quand, peu importe qui, peu importe où, n’importe quel site Internet peut être classé dans les premiers résultats de recherche dans Google si son contenu est jugé pertinent par l’algorithme. Et c’est bien là le problème.

Un autre exemple. Combien y a-t-il d’habitants aux îles Pitcairn, l’entité juridique la moins peuplée du monde à avoir un ccTLD ? Demandons à Google : « nombre d’habitants à Pitcairn ». Réponse : 57 en 2014. Merci Google. Génial ce Google ! Mais quelle est la source de ce chiffre ? Google ne le dit pas.

Google - Nb d'habitants à Pitcairn

 

Les habitués de l’informatique l’auront compris : en modifiant l’algorithme de Google, vous saurez modifier la réalité et le comportement des gens.

Souvenons-nous du débat présidentiel en 2007 : Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy avaient des chiffres différents concernant la génération de l’EPR, le réacteur nucléaire. Des internautes orientés politiquement avaient alors modifié le contenu de la page Wikipedia idoine (https://www.nextinpact.com/archive/36175-Wikipedia-EPR-generation-Sarkozy-Royal.htm).

Lorsque l’on saisissait « Sarkozy » dans le moteur de recherche en 2005, on tombait sur « Iznogoud » (https://www.generation-nt.com/iznogoud-nicolas-sarkozy-et-google-actualite-8896.html). Comme quoi, Google peut dire ce qu’il veut.

Prenons maintenant vos sites habituels, auxquels vous accordez une certaine confiance. À force de rechercher l’information souhaitée, vous pourrez tomber sur celle ; pertinente ET de confiance. C’est là toute la nuance.

Ce que Google vous dira, ce n’est pas l’information que vous recherchez, ni la vérité mais un résultat pertinent par rapport à votre requête. À partir de là, lorsque les faits passent bien après la réponse pertinente, le monde devient biaisé. Je ne me permettrais pas de montrer l’impact des recherches d’informations dans les récentes élections mais garderai en tête que lorsque la vérité n’est pas bonne, il devient tout à fait possible de la recréer.

Face à ce constat, il est intéressant de se rendre compte du regain d’intérêt de la presse traditionnelle de qualité : après un net recul des abonnements papiers en raison de la profusion d’informations gratuites sur Internet, la presse traditionnelle bénéficie aujourd’hui d’un boom des abonnements, grâce en partie aux « fake news » : Financial Times, New York Times et Washington Post ont ainsi bénéficié d’une hausse d’abonnements (https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211943354670-le-financial-times-bat-son-record-dabonnements-digitaux-2077427.php).

En tant que doctorant et étant confronté à des confrères qui affirment que la Terre est plate et que le soleil tourne autour (http://www.jeuneafrique.com/424393/societe/tunisie-these-affirmant-terre-plate-provoque-stupeur-consternation-monde-universitaire/), je ne peux que vous conseiller de prendre en considération cette notion de confiance. Et si ce n’est pas moi qui vous le dis, ce sera peut-être Sir Tim Berners-Lee, le fondateur du World Wide Web (http://www.bbc.com/news/technology-39246810).

Clément Genty

Auteur : Clément Genty

PhD Student Research Engineer - Nameshield group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *