Le RGS, l’atout confiance des administrations

Cybersécurité - RGS
Cybersécurité - RGS

En 20 ans les flux d’échanges de données entre administrations et ceux avec les usagers ont connu une évolution très forte, souvent accélérée par le contexte économique, politique ou sanitaire, obligeant par conséquent les autorités administratives à garantir la sécurité de leurs systèmes d’information en charge de la mise en œuvre de leurs services. Ainsi, par la nécessité de normaliser les pratiques, est né le « RGS ».

L’ANSSI a donc défini le référentiel général de sécurité (RGS) comme étant le cadre règlementaire permettant d’instaurer la confiance dans les échanges au sein de l’administration et avec les citoyens dans un contexte de risques liés à la cybersécurité.

La version initiale du RGS (v.1.0) a été rendue officielle par arrêté du Premier ministre en date du 6 mai 2010. Une version 2.0 a été publiée par arrêté du Premier ministre du 13 juin 2014, applicable depuis le 1er juillet 2014, assurant une transition entre une première version liée à la mise en œuvre de l’administration électronique vers une troisième version (fondée sur la réglementation européenne en cours d’évolution).

Mais son champ d’application ne se limite pas au périmètre strict de l’administration: il s’applique à l’ensemble des prestataires de services qui assistent les autorités administratives dans la sécurisation des échanges électroniques qu’elles mettent en œuvre, ainsi qu’aux industriels dont l’activité est de leur proposer des produits de sécurité.

De façon globale, pour tout autre organisme, public ou privé, souhaitant organiser la gestion de la sécurisation de ses systèmes d’information et de ses échanges électroniques, le RGS se présente comme le guide des pratiques à suivre en la matière.

Dans son contenu il assimile les principes et règles liés à :

  • la description des étapes de la mise en conformité
  • la cryptologie et la protection des échanges électroniques
  • la gestion des accusés d’enregistrement et des accusés de réception
  • la qualification des produits de sécurité et des prestataires de services de confiance
  • la validation des certificats par l’État.

Aussi, pour répondre aux différents besoins dans ce domaine, les autorités de certification ont élaboré une gamme de produits bien spécifiques.

Ces autorités habilitées à délivrer des certificats de type RGS suivent un process d’émission très précis dans lequel le responsable légal de l’organisation doit être celui qui approuve directement la demande d’acquisition de certificat.

Actuellement en partenariat avec Certigna, Nameshield est là pour vous accompagner dans votre choix de certificats RGS.

N’hésitez pas à contacter votre équipe SSL pour faire un point sur vos besoins et les procédures d’obtention.

Source de l’image : pixelcreatures via Pixabay

Auteur/autrice : Charles JONNEKIN

Chargé de Clientèle SSL - Gestion des certificats - Nameshield group