La Russie peut-elle se déconnecter de l’Internet mondial ?

La Russie peut-elle se déconnecter de l’Internet mondial ?
La Russie peut-elle se déconnecter de l’Internet mondial ?
Source de l’image : bernswaelz via Pixabay

Le 13 février 2019, la Douma (la chambre basse du Parlement russe) a commencé à étudier un projet de loi ayant pour objectif de créer en Russie un « Internet souverain », entendez par là une capacité à fonctionner de façon totalement indépendante si la Russie se voyait coupée des grands serveurs mondiaux. Pour ce faire, il conviendra de créer une “infrastructure permettant d’assurer le fonctionnement des ressources Internet russes en cas d’impossibilité pour les opérateurs russes de se connecter aux serveurs Internet sources étrangers”.

Les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) devront mettre en place sur leurs réseaux des systèmes permettant un « contrôle centralisé du trafic ».

Les mesures proposées permettraient donc à l’Internet russe (RuNet) de garantir le bon fonctionnement de la partie russe de l’Internet. En d’autres mots, le test permettra à la Russie de s’assurer que ses réseaux domestiques peuvent fonctionner en toute autonomie.

Une réponse aux menaces de sanction ?

Si la Russie en parle comme d’une garantie de maintien de disponibilité en local, en cas de cyberattaque d’envergure notamment, ce projet de loi est également et clairement présenté comme une réponse « au caractère belliqueux de la nouvelle stratégie américaine en matière de cybersécurité adoptée en septembre 2018 » [citant la Russie comme une menace]. En effet, la Russie fait l’objet de plusieurs accusations relatives aux cyberattaques et au cyberespionnage (perturbations des élections présidentielles américaines en 2016 – exhortation de Stuart Peach, chef d’état-major de la Défense britannique à l’OTAN de prendre des mesures contre la Russie en décembre 2017, après que des sous-marins russes aient été repérés à proximité des câbles sous-marins de l’Atlantique qui transportent les communications entre l’Europe et les USA – le ministre de la Défense britannique Gavin Williamson accuse également la Russie en janvier 2018 d’espionner les infrastructures critiques de son pays avec pour objectif de créer un « chaos total »  qui pourrait « causer des milliers et des milliers de morts », etc.) L’OTAN et ses alliés ont donc menacé de punir la Russie pour ces cyberattaques.

C’est dans ce contexte que la Russie est en train de planifier un test grandeur nature de déconnexion du réseau Internet mondial.

Un test grandeur nature

Ce test est préparé depuis plusieurs années par les autorités russes, qui ont d’ailleurs prévu une sauvegarde locale du DNS (testée en 2014 et en 2018). La loi prévoit en effet la création d’un système DNS interne au pays, qui assurerait la liaison entre les adresses web et les adresses IP des serveurs web correspondants, sans reposer sur les serveurs root de l’Internet mondial.

Validé par le président Poutine, le projet de loi a toutes les chances d’être rapidement adopté, malgré les réticences de certains organes du gouvernement, hostiles notamment aux dépenses potentielles engendrées. De leur côté, les FAI russes semblent en accord avec le projet de loi, comme indiqué par la presse russe, mais ne valident pas pour autant, à date, la mise en œuvre technique de ce dernier qui risquerait de créer de très importantes perturbations et autres ruptures du trafic en Russie.

Bien sûr, il est aisé de voir également que cette expérience testera en parallèle la capacité des FAI à diriger les données vers des points de routage maîtrisés par le gouvernement russe, puisqu’un filtrage y serait mis en place pour arrêter l’acheminement des données vers des serveurs étrangers.

La Russie se dirigerait-elle vers un système de filtrage du trafic, au-delà d’assurer une sorte d’intranet national assurant une connexion opérationnelle à l’intérieur des frontières même en cas de cyberattaque massive ? Cela n’est pas sans rappeler le grand pare-feu chinois (projet de surveillance et de censure d’Internet géré par le ministère de la Sécurité publique de la république populaire de Chine, initié en 1998 et dont les activités ont débuté en novembre 2003).

Le test russe pourrait avoir lieu le 1er avril 2019. Affaire à suivre.

Lucie Loos

Auteur : Lucie Loos

Directrice Marketing Nameshield Group